Tout sur l'école -> Présentation -> Scolarisation


  FOURNITURES SCOLAIRES 2018/2019  
 
Fournitures scolaires, tous niveaux, pour l'année 2018-2019

Nous rencontrons des difficultés pour mettre en ligne les listes de fournitures scolaires pour la rentrée 2018-2019.

Les listes 2018-2019 sont à votre disposition auprès de la loge et affichées sur le portail de l’école. Elles seront à disposition, également, samedi matin 30 juin, lors de la bourse aux livres qui se tiendra dans la cour de maternelle.
Pour les parents qui ne seraient pas encore à Rabat, il reste possible de contacter le secrétariat par courriel ( [email protected] ) jusqu’au 13 juillet ou à partir du mardi 28 août.

Rappel : la rentrée des élèves est fixée au mardi 4 septembre. Une information détaillée sur son déroulement sera mise en ligne sur le site de l’école ou adressée aux familles durant la semaine précédente.

Le Directeur – Loig LE GUENNEC

L'ensemble des fournitures doit être apporté le jour de la rentrée.

Pour faire une rentrée dans les meilleures conditions et éviter à sa classe de perdre du temps pour les apprentissages, il est nécessaire, pour le jour de la rentrée :
- d'avoir toutes ses affaires (s'y prendre à l'avance pour les réunir est donc fortement recommandé),
- en élémentaire, qu'elles soient toutes marquées (même les crayons),
- que les manuels et fichiers soient couverts (plastique transparent),
- de bien séparer les affaires de français et d'arabe (par ex. en isolant celles d'arabe dans un sac plastique).

29-06-2018
 
     
  Inscriptions:rentrée scolaire 2017/2018 des nouveaux élèves  
 

Madame, Monsieur,


Les familles des élèves nouvellement inscrits à l'école André Chénier et ce pour la prochaine rentrée scolaire de septembre 2017 seront reçues à la direction de l'école selon les dates et horaires suivants:

• lundi 12 juin de 9h à 12h30

• mardi 13 juin 2017 de 9h à 12h30

•  jeudi 15 juin 2017 de 9h à 12h30 et de 14h à 16h.

•    les mercredi 5 et jeudi 6  juillet  2017 de 9h à 12h30.

•    les lundi 28 et mardi 29 août  2017 de 9h à 12h30.

Les parents, obligatoirement accompagnés de ou des enfants à inscrire, devront se présenter munis de document d'identité et du livret de famille.

Très cordialement

Le secrétariat


06-06-2017
 
     
  Calendrier scolaire 2017/2018  
 
Madame, Monsieur


Je vous sais gré de bien vouloir trouver en pièce jointe le calendrier scolaire pour l'année 2017-2018.

En vous en souhaitant bonne réception.

calendrier

25-05-2017
 
     
  Règlement financier 2017/2018  
 
Madame, Monsieur,
Merci de trouver le règlement financier pour l'année 2017/2018

Vous souhaitant bonne consultation.


RF

25-05-2017
 
     
  Fiches de renseignements  
 
Madame, Monsieur

Cette année, une procédure informatisée et en ligne, va vous permettre de vérifier, et de corriger le cas échéant, l'exactitude des informations concernant votre enfant ( coordonnées, contacts, urgence ...)dont dispose l'école.

La direction de l'école vous prie d'accorder la plus grande attention à cette procédure.

Le lien d’accès à la plateforme d'actualisation des données est
:

https://my.efmaroc.org/reinscriptions/

Le serveur sera ouvert du mercredi 16 au lundi 20 septembre 2015.

Bien à vous




14-09-2015
 
     
  Accueil des nouvelles familles et inscription des élèves  
 
Organisation de l'accueil des nouvelles familles
Année scolaire 2015/2016

Afin d'accueillir dans les meilleurs conditions les nouvelles familles inscrivants leur(s) enfant(s) à l'école, le secrétariat et la direction de l'école vous recevront

Horaires et jours d'accueil:

De 8h30 à 11h30 les                            
  • lundi 29 juin
  • mardi 30 juin
  • mercredi 1er juillet
  • jeudi 2 juillet
  • vendredi 3 juillet
  • jeudi 27 août
  • vendrdi 28 août
Pièces à produire:
  • une pièce d'identité des parents ( C.I.N. ou passeport )
  • livret de famille
La présence de(s) enfant(s) est obligatoire.

Les familles sont reçues à tour de rôle.
Les inscriptions à la garderie, cantine, transport scolaire, aux fournitures mutualisées des MS, GS et CP, .... se feront sur place.

Bienvenue donc à l'école.


23-06-2015
 
     
  Inscription dans un établissement français au Maroc  
 

Quels sont les conditions et les modes d'admission dans une école Française au Maroc? D'où s'inscrire et comment le faire? Dans quelle école, dans quel collége ou lycée: dans quelle classe? Quels sont les pièces à fournir, les droits de scolarité? Comment fonctionne le système ? Qu'en est-il de l'arabe? Etc...
Toutes les inscriptions dans un établissement scolaire français au Maroc devront être faites en ligne, sur internet, quel que soit le statut d'admission de l'élève.
Le lien est là : inscriptions.
 
     
  Scolariser un enfant handicapé dans une école française du Maroc  
 

"La scolarisation d’un élève handicapé ou en très grande difficulté scolaire est une mission à laquelle les écoles françaises du Maroc ne sauraient se soustraire dès lors que les exigences de l’intégration sont compatibles avec les contraintes et limites du milieu ordinaire.
La connaissance d’un handicap avéré, la nécessité d’adapter le cadre scolaire (objectifs d’apprentissages, horaires, locaux, présence d’un adulte tiers …), l’existence de partenaires des domaines éducatif ou thérapeutique, doivent conduire à la définition de conditions de scolarisation aussi profitables que possible à la socialisation et à la progression des apprentissages de l’enfant. Telle est la raison d’être essentielle du contrat d’intégration scolaire.

Les écoles françaises du Maroc respectent l’esprit des textes qui réglementent l’éducation spéciale en France. Elles n’en œuvrent pas moins dans un contexte qui exige un certain nombre d’adaptations, notamment dans le domaine des conditions d’admission.

L’information des différents partenaires de l’école, parents, thérapeutes, orthophonistes, auxiliaires de vie scolaire … est de ce fait la première des conditions à une intégration réussie. Tel est le sens du présent texte qui, pour les parents notamment, ne saurait toutefois remplacer un contact direct avec le directeur de l’école, les personnels des Réseaux d’Aide aux Elèves en Difficulté, l’Inspecteur de l’Education Nationale.

1. Sens et finalité de l’intégration scolaire :

Les écoles françaises du Maroc peuvent être amenées à accueillir des enfants handicapés dont les familles demandent l’intégration scolaire. Dans certains cas, la nature du handicap, la fatigabilité de l’élève, l’importance des prises en charges thérapeutiques exigent toutefois des adaptations du cadre scolaire et en particulier des assouplissement horaires. Dans d’autres cas, l’importance des difficultés peuvent rendre cette intégration impossible ou trop exigeante pour l’élève ou la classe d’accueil.

Qu’elle soit réalisée à temps plein ou de façon partielle, l’intégration nécessite toujours une parfaite connaissance mutuelle des différents partenaires, la définition de priorités éducatives, souplesse et disponibilité dans l’adaptation des conditions d’accueil.

Exigeante, complexe, la démarche d’intégration se doit ainsi de respecter un certain nombre de principes au premier rang desquels :

- L’indispensable coopération avec la famille :
Il convient avec elle de dépasser l’approche affective de la situation de l’enfant afin d’arriver à une expression raisonnée des besoins de ce dernier, préalable nécessaire à la recherche d’une réponse adaptée et compatible avec le fonctionnement de la classe.

- La collaboration de tous les acteurs de l’intégration :
C’est par le croisement des regards et compétences que, d’une problématique située le plus souvent à l’intersection des champs éducatif, scolaire, médical, social…, peuvent être extraits les axes structurants du contrat d’intégration.

- Le caractère individualisé de l’intégration :
Les objectifs du contrat doivent être davantage centrés sur l’élève, sur ses potentialités et besoins, que sur son handicap lui-même ; l’intégration relevant plus du processus que de l’état, le contrat, dans un cadre concerté, est donc susceptible d’évoluer en fonction des réussites, mais aussi des difficultés de l’enfant.

- L’appui sur la dynamique de l’école et de la classe :
Le milieu ordinaire est un lieu d’interactions pédagogiques et sociales qui donnent tout son sens à l’accueil de l’élève handicapé ; celui-ci doit pouvoir tirer profit de ces échanges pour affirmer son identité et progresser dans la voie des apprentissages, de la responsabilité, de l’autonomie ; réciproquement, sa présence doit conduire ses camarades à accepter et respecter l’autre, quelle que soit sa différence : on ne saurait mieux définir une éducation à la citoyenneté.

- La contractualisation des différents types d’intervention :
Il importe que tous les professionnels, qu’ils interviennent dans le champ pédagogique, médical, psychologique, rééducatif… s’engagent, chacun dans le cadre de ses attributions et compétences, à inscrire son action dans le contrat, en en respectant les termes et en veillant à sa cohérence ; leur capacité à définir et réguler ensemble les actions conduites au bénéfice de l’élève handicapé est une condition de leur efficacité ; la qualité de la communication est ainsi essentielle à une mise en œuvre satisfaisante du contrat.

2. De l’accueil de l’élève handicapé à la validation du projet d’intégration :

Il est de la responsabilité des parents de décrire, dès les formalités d’inscription, les difficultés de leur enfant. Il leur revient notamment de transmettre au Service de Coopération et d’Action Culturelle, l’ensemble des éléments médicaux ou scolaires nécessaires à l’évaluation de sa situation. Le médecin scolaire concerné peut être sollicité dans le cadre de cette évaluation.

Le Service de Coopération et d’Action Culturelle, après étude du dossier par la Commission d’Aide et d’Orientation Pédagogiques (cf. point 6) et, examen par les commissions d’affectation, désigne à la famille l’école dans laquelle sera scolarisé leur enfant. Dans la limite des places disponibles, l’affectation pourra tenir compte des spécificités du cas : accessibilité des locaux, proximité du domicile des parents, proximité d’un centre de soin …

Lors du premier contact avec l’école, la famille se doit de décrire au directeur les difficultés de leur enfant afin que soient étudiées au plus tôt les mesures d’adaptation qui pourraient s’avérer nécessaires (problèmes matériels, mesures de sécurité, adaptations horaires …).

L’équipe éducative (cf. point 4) qui regroupe les partenaires auxquels incombe la responsabilité éducative de l’enfant, est alors réunie dès que les conditions permettent à chacun de situer sa contribution à la réussite du projet commun. C’est dans ce cadre et sous la responsabilité du directeur d’école, qu’est alors rédigé le contrat d’intégration individualisé .

Par leur connaissance des problématiques, du milieu, des partenaires et institutions, les enseignants spécialisés des Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED) de Rabat et de Casablanca sont de précieuses personnes ressources à chacune des étapes du processus d’intégration.

3. Mise en œuvre et suivi des contrats d’intégration :

Un contrat d’intégration n’est valide que pour une année scolaire. Il est l’objet d’un suivi régulier. Celui-ci s’appuie, dans la classe, sur des évaluations précises (réussite scolaire, comportement, attitude face au travail…) et sur de fréquentes liaisons entre les partenaires. Ces dernières prennent la forme, en tant que de besoin, de nouvelles réunions de l’équipe éducative dont on conservera les traces dans le dossier de l’enfant.

Toute évolution du projet initial (modification des objectifs, réduction ou augmentation du temps d’intégration, changement de partenaire au sein de l’équipe éducative…) fera l’objet d’un avenant. Cet avenant sera transmis à la CAOP qui se réunira au cours des second et troisième trimestres scolaires.

La CAOP pourra par ailleurs solliciter auprès des partenaires de l’équipe éducative, les éléments lui permettant d’apprécier plus finement l’évolution de l’enfant dans le cadre contractuel. Cela pourra être également le cas lorsque de par son âge ou sa problématique, l’enfant ne peut plus être scolarisé dans une classe du cursus primaire.

4. L’équipe éducative :

L’équipe éducative est composée de l’ensemble des personnes qui, à un titre ou un autre, interviennent dans la scolarité de l’enfant : les parents, le ou les enseignants, le directeur d’école, le médecin de santé scolaire, le psychologue, les divers intervenants spécialisés, qu’ils appartiennent au Réseau d’Aides aux Elèves en Difficultés, à une institution autre ou exercent dans le secteur libéral. Le cas échéant, l’assistante sociale qui travaille avec la famille est membre de l’équipe éducative.

Réunie à l’initiative du directeur d’école, l’équipe éducative peut, si nécessaire, être ouverte à d’autres acteurs éducatifs en relation avec l’enfant ou l’école : auxiliaire de vie scolaire, aide maternelle, Inspecteur de l’Education Nationale, autres membres de la famille. Il n’en demeure pas moins que seul(s) le ou les parents détenteurs de l’autorité parentale prennent part aux décisions relatives au contrat et à son suivi.

Les réunions de l’équipe éducative sont l’occasion de dialoguer, de se concerter, de croiser les regards sur l’enfant et son évolution, d’élaborer et d’ajuster si nécessaire le contrat d’intégration. L’équipe éducative est de ce fait réunie lorsque l’évolution de la scolarité ou des prises en charges thérapeutiques le nécessitent et en tout état de cause avant tout examen de la situation de l’enfant par la CAOP.
Ses participants sont soumis à l’obligation de réserve. Un compte rendu de chaque réunion est versé au dossier de l’enfant.

5. La médecine scolaire :

Les médecins de santé scolaire du réseau AEFE/OSUI apportent une contribution essentielle à la mise en œuvre du dispositif d’accueil des élèves handicapés :

- ils participent aux réunions des équipes éducatives ;
- ils assurent, sous le sceau du secret médical, la transmission au médecin de santé scolaire de Rabat, membre de la CAOP, les éléments médicaux nécessaires à l’instruction de chaque dossier ;
- ils sont signataires de chacune des conventions d’intégration ;
- ils se situent en qualité de personne ressource auprès des familles, lorsque la CAOP sollicite des examens médicaux complémentaires destinés à affiner un diagnostic ou à adapter les objectifs de l’intégration.

6. Les auxiliaires de vie scolaire :

Certains élèves sévèrement handicapés nécessitent, afin de poursuivre ou de tirer le meilleur profit de leur scolarité, la présence d’une personne tierce : l’auxiliaire de vie scolaire.

Recrutée et financée par la famille, l’auxiliaire de vie scolaire n’en doit pas moins satisfaire à un certain nombre d’exigences donnant lieu à un agrément. Celui-ci est délivré par l’Inspecteur de l’Education Nationale au vu d’un dossier comportant un curriculum vitae, une attestation d’assurance, un avis du directeur d’école fondé sur un entretien avec la personne. Cet agrément ne peut être délivré qu’après validation du contrat d’intégration.

La première des missions de l’auxiliaire de vie scolaire est d’apporter à l’enfant le confort et la sécurité nécessaires à sa participation aux activités de la classe. L’auxiliaire s’attache de même à alléger sa dépendance vis- -vis de son entourage et contribue ainsi, sous l’autorité de l’enseignant, à préserver la qualité des relations dans la classe.

L’efficacité de l’auxiliaire de vie scolaire dépend donc de la précision avec laquelle sont définies les tâches qui lui sont confiées et les modalités de collaboration avec l’enseignant et les autres personnels spécialisés. Le directeur d’école veille à ce que le contrat d’intégration soit explicité sur chacun de ces points.

Par ailleurs, une convention doit être signée entre les parents de l’élève, le chef d’établissement ordonnateur du groupement de gestion de l’école, le directeur d’école (ou le principal dans le cadre d’un groupe scolaire unifié) et l’auxiliaire d’intégration. Elle définit le rôle et les modalités d’intervention de l’auxiliaire, ses horaires, ses conditions d’assurance responsabilité civile ainsi que sa rémunération. Les modalités de résiliation de la convention sont de même spécifiées.


7. La Commission d’Aide et d’Orientation Pédagogiques :

La Commission d’Aide et d’Orientation Pédagogiques comprend l’Inspecteur de l’Education Nationale, président, le chargé de mission « premier degré » du SCAC, le médecin de santé scolaire de Rabat, un directeur d’école de Rabat, un directeur d’école de Casablanca, les membres du Réseau d’Aides Spécialisées.

La CAOP se réunit une fois par trimestre scolaire. Son ordre du jour est le suivant :

1er trimestre :
* Examen des dossiers
* Validation des contrats d’intégration

2e trimestre :
* Suivi des dossiers délicats
* Examen des situations nouvelles : enfants admis en cours d’année, élèves dont les besoins étaient insuffisamment précis à la rentrée scolaire …

3e trimestre
* Bilan de la situation de chacun des enfants qui ont été bénéficiaires d’un contrat d’intégration dans le courant de l’année scolaire
* Décisions relatives aux poursuites de scolarité en milieu ordinaire, à des « orientations » consécutives à la fin de la scolarité primaire, aux cas des enfants ne pouvant poursuivre leur scolarité au sein du réseau des écoles françaises du Maroc
* Propositions exceptionnelles de maintiens (en maternelle et au cycle III au del de l’âge réglementaire de 12 ans)
* Examen de la situation des enfants handicapés pour lesquels les familles sollicitent une admission à la prochaine rentrée

Les parents sont informés des dates auxquelles le dossier de leur enfant sera étudié. Ils peuvent communiquer avec la CAOP par écrit ou demander, si l’ordre du jour le permet, à être reçus en séance. Si nécessaire, d’autres partenaires de l’intégration pourront, à titre consultatif et dans la stricte limite du cas les concernant, être invités en séance.

Les informations communiquées à la CAOP comme les débats internes sont couverts par le secret professionnel le plus strict".
© IEN Maroc (Inspection du 1er degré de l'Education nationale française au Maroc)
 
     
  Suivi de la scolarité par le père et la mère  
 

Tous les parents exerçant conjointement l'autorité parentale sur la personne de leur enfant sont également responsables de lui et l'école, à défaut de preuve contraire, se doit de considérer que ce mode d'exercice s'applique à tous les parents.

En conséquence, l'école entretient avec les deux parents, même séparés, des relations de même nature, leur fait parvenir les mêmes documents, convocations, bulletins scolaires, etc. et répond pareillement à leurs demandes d'information ou de rendez-vous.

À cette fin, en cas de parents séparés, il est important de préciser les coordonnées des deux parents lors de l'inscription et sur la fiche de renseignement à compléter à chaque début d'année, ainsi que tout changement pouvant intervenir ultérieurement.